Posted on 0 comments

À quoi servent les drapeaux de fierté ?

Les drapeaux de fierté sont nés d’un besoin d’affirmer la présence des personnes LGBT et de leur communauté à un moment où elles se sont senties négliger. À quoi servent les drapeaux de fierté ? Découvrez sur ce post les différents rôles des drapeaux LGBT. Cet article met en exergues les diverses fonctions des drapeaux de fierté. 

D’où viennent les drapeaux de fierté ?

Avant la création des Drapeaux LGBT ou arc-en-ciel, les utilisateurs utilisaient le triangle rose comme symbole. Celui-ci est adapté à l’insigne que les adeptes prisonniers homosexuels étaient obligés de porter dans les bases de concentration nazie. Au cours de la seconde guerre mondiale, les nazis ont été forcés, surtout ceux perçus comme homosexuels, à porter un triangle qui pointe vers le bas dans les camps de concentration. 

En ce temps-là, environ une centaine de milles de personnes auraient été emprisonnées et 75000 auraient rendu la vie. Ces dernières étaient majoritairement des hommes gais. Ensuite, ce symbole a été utilisé par d’autres communautés pour diverses causes. Les personnes appartenant aux groupes d’orientation LGBT ont opté par la suite pour les drapeaux de fierté afin d’exprimer leur compassion et leur dévouement d’appartenance. Il utilise donc ces drapeaux multicolores pour s’unir en un seul corps.

À quoi servent les drapeaux de fierté ?

Au cours des années quatre-vingt-dix, plusieurs entreprises privées se sont alliées au milieu LGBTQ+. Dans le même temps naissait la notion de pinkwashing. Cette dernière dénonçait la commercialisation de la campagne contre le phénomène de cancer de sein. Cependant, une compagnie qui utilise le symbole pour d’autres buts opposés paie le prix, car nous vivons dans un univers plus transparent. 

Ainsi, les drapeaux de fierté servent donc dans les alternatives de produits dérivés, publicités ciblées et logos d’entreprises aux couleurs de l’arc-en-ciel. Notez qu’il ne faut pas diaboliser les idées et intentions des différentes entreprises privées, même si le modèle d’actions repose sur le capitalisme.